La MJC est un lieu de rencontres, d’échanges, de pratique d’activités culturelles et de loisirs. Bien que prioritairement orientée vers la jeunesse de la ville, toutes les générations s’y côtoient.

Les principes de fonctionnement s’inspirent de ceux de l’Éducation populaire : non pas simple organisme distributeur de services, la MJC est une association pour laquelle chaque adhérent doit se sentir concerné et responsable. Lieu à l’écoute des débats qui traversent notre société, la MJC n’est pas un mouvement. Elle est avant tout laïque, ouverte à tous dans le respect des opinions et croyances de chacun.

Ressources

Les moyens mis à la disposition de la MJC pour répondre aux besoins d’activités sociales, culturelles et de loisirs sont insuffisants et inadaptés.

Bien qu’il n’y ait plus de subvention (municipale) de fonctionnement depuis 2014, il faut quand même s’astreindre à faire une demande pour l’année suivante. Le budget de la MJC pour l’année 2018 aura une saveur particulière, puisque la vente du chalet va générer une recette exceptionnelle conséquente. C’est en toute responsabilité que nous avons soumis à la ville une hypothèse de travail combinant un rééquilibrage de l’équipe de permanents par l’embauche d’un cadre, la fin de la disette budgétaire avec un retour à une subvention de fonctionnement normale et la recette exceptionnelle à intégrer dans ce cadre. Quand le conseil d’administration de la MJC a pris connaissance de la convention 2018 votée par le conseil municipal (pour 2018), sans même qu’on ait daigné nous en parler, nous avons eu la désagréable surprise de constater que la subvention municipale était divisée par deux ; alors qu’un accord tacite sur le fait que la part du remboursement du personnel mis à disposition devait être considérée comme hors de la subvention de fonctionnement, voilà une nouvelle ère qui s’annonce où nous allons toucher moins de subvention que nous ne rembourserons de frais à la ville. Un comble. La MJC va subventionner la ville !

Certes, les adhérents sont déjà des contribuables qui participent aux recettes de la ville, ils sont accessoirement des électeurs, à l'instar de ceux de l'activité escalade qui se voient interdire un équipement qu'ils ont largement contribué à réaménager.

Sidéré par ces dénis répétés de concertation et de considération, le conseil d’administration a demandé un rendez-vous au maire, que nous avions rencontré fin 2014 suite aux graves menaces qui planaient sur la MJC, il nous avait donné rendez-vous dans trois ans. Nous y sommes. Nous avons des choses à nous dire. Nous en reparlerons à l’assemblée générale de juin.